Mise au point sur l’Amylose AL (2014, la revue de médecine interne)

L’équipe du centre de référence « Amylose AL » vient de publier une mise au point sur la prise en charge de la maladie dans la revue de médecine interne.

Outre la description clinique assez classique, le papier reprécise les grandes lignes de la stratégie thérapeutique. Le score de la Mayo Clinic, qui est un score pronostique de l’atteinte cardiaque, est la pierre angulaire du raisonnement. Plus le score est élevé (I à III), plus le pronostic est sévère. Ainsi, chez les patients de stade III, on s’oriente d’emblée vers l’association « VCD », tandis que dans les stades I et II l’association M-Dex est toujours privilégiée en 1ere intention. La réévaluation est précoce : après 3 cycles dans les stades I et après le 1er cycle dans les stades II, afin de permettre un switch rapide vers une thérapie plus agressive en cas de non-réponse.

Un schéma vient illustrer cette stratégie thérapeutique et le papier contient de nombreux tableaux sur les critères pronostiques et les critères de réponse.

L’évolution des traitements est à suivre ces prochaines années, puisque l’association M-Dex + bortezomib (qui vient actuellement en 2eme ligne) pourrait devenir le traitement de première ligne (protocole multicentrique européen en cours).

Le lien vers le site du CR Amylose

Publicités

Sténose d’artère rénale : dilater ou ne pas dilater…

Lorsque l’on « tombe » sur une sténose athéromateuse d’artère rénale, on se pose souvent la question suivante: faut-il faire quelque chose ?

Très tentant en effet est de se dire que, d’un coup de « ballon magique », la sténose disparait avec tous ses méfaits… Or, bien que très a la mode il y a quelques années, les indications de dilatation de sténose athéromateuse d’artère rénale fondent comme neige au soleil. C’est arrivé à un point tel que la technique semble avoir disparu de certains centres…

Encore une bulle spéculative !

 

Cependant il reste des indications valables à un traitement endovasculaire. J’ai récemment assisté à un symposium ou elles étaient résumées comme ceci:

– SAR bilatérale ou sur rein unique, avec (au choix):

– OAP

– Baisse du DFG

– HTA réfractaire

– SAR unilatérale avec HTA récente sévère

– HTA réfractaire prouvée récente (>160 mmHg), surtout chez le jeune

– IRA sous bloqueur du SRAA lorsque l’indication est formelle

 

Un article publié dans l’ AJKD du mois d’Aout commente les résultats de l’étude CORAL (publiée dans le NEJM) et tente également de clarifier les indications. En effet, CORAL, un essai multicentrique, randomisé et contrôlé, compare une stratégie médicale seule a une stratégie « mixte » (médicale + endovasculaire) dans les SAR.

 

Résultat: aucun bénéfice pour la stratégie « mixte » en termes d’évènements cardiovasculaires graves, mortalité, pronostic rénal. Il est par contre démontré une amélioration faible, mais significative des valeurs de pression artérielle (-2 mmHg).

 

La critique pointe quand même un certain nombre de limites:

– Les HTA n’étaient pas obligatoirement résistantes au sens strict a l’inclusion.

– Les patients ayant présenté une poussée d’Insuffisance cardiaque congestive dans les 30 jours étaient exclus (alors que ce groupe pourrait tirer un réel bénéfice du traitement endovasculaire)

– Les critères radiologiques d’estimation des SAR n’étaient pas homogènes (changement dans le process en cours d’étude, une angiographie n’étant pas toujours réalisé).

 

Néanmoins, cette étude se place dans le sillage de 6 autres essais randomisés qui n’ont pas montré d’intérêt à un traitement endovasculaire systématique dans les SAR. Il faut donc s’attacher à déterminer quels sous-groupes de patients tireraient un bénéfice d’un tel traitement. L’un des points importants est  d’estimer les potentielles lésions d’aval (néphroangiosclérose, IRC avancée…) qui feraient qu’une levée de la sténose serait sans effet sur l’HTA et la fonction rénale. La notion d’ancienneté est donc essentielle, de même que la sévérité des conséquences (HTA réfractaire, OAP flash, IR de dégradation rapide) d’où leur présence dans les critères énoncés plus haut.

 

L’article de l’AJKD propose également une liste de « high-risk clinical phenotypes » (assez proche des critères ci-dessus) chez qui la question du traitement endovasculaire doit encore se poser en 2014…

Traitement de l’hépatite C chez le patient dialysé

A l’heure ou les nouveaux traitements contre le VHC se multiplient, l’AJKD a publié un article (lien ici) qui commente un essai randomisé, testant l’association Interferon pégylé-ribavirine chez le patient dialysé. (lien vers l’article original)

Voici le message en résumé:

– On estime a 13% environ le pourcentage de patients dialysés infectés par le VHC.

– Dans la littérature, Peg-INF en monothérapie = 37-41% de réponse virologique soutenue (RVS).

– L’essai multicentrique, randomisé contrôlé ne concerne que les VHC genotype I.

– Monotherapie = 33% RVS, contre  64 % avec association Ribavirine-Peg-INF

– Doses adaptées de Peg-INF (135 µg/sem) et Ribavirine (200 mg/48h à 200 mg/24h)

– 7% d’arrêt de traitement pour effet indésirable (VS 4% en monotherapie)

– « Limites » de l’étude: population asiatique, IMC moyen de 22.5 kg (facteurs associés à une meilleure réponse virologique).

 

La conclusion du rédacteur de l’article est que cette étude pourrait amener a proposer ce traitement combiné de manière plus systématique, notamment pour les patients ayant peu de comorbidités et/ou candidats pour une transplantation rénale.

Anticoagulation dans les syndromes néphrotiques

Un article du mois de mars 2014, publié dans le CJASN.

Une étude Londonienne a analysé rétrospectivement les résultats d’un protocole de prévention de la maladie veineuse thrombo-embolique dans les syndromes néphrotiques primitifs ou secondaires (LGM, HSF et GEM).

Ils proposent le schéma suivant:

– Albumine < 20 g/l : HBPM dose préventive (Enoxoparine 20 mg/ jour, soit 2000 UI)

– Albumine < 20 g/l pendant plus de 3 mois : AVK (INR 1.5-2.5)

– 20 < Albumine < 30 g/l : Acide acétylsalicylique 75 mg/j

 

Leur cohorte comportait 143 patients, dont 63% avaient une albumine < 20 g/l.

Le suivi est de 5 ans :

– Aucun évènement thrombo-embolique chez les patients sous prophylaxie depuis plus de 1 semaine.

– 2 patients ont fait une MTEV pendant la 1ere semaine.

– 3 événements hémorragiques (digestifs).

Cette stratégie a donc l’air d’être relativement sûre. Le fait de retarder la mise sous AVK est a mon avis effectivement une bonne chose, par contre je ne suis pas persuadé de l’intérêt de l’anti-aggrégation plaquettaire. On peut d’ailleurs noter que 2 des 3 patients ayant présenté des accidents hémorragiques étaient sous AAP…

Polykystose rénale : de la physiopathologie au traitement

Aujourd’hui c’est dimanche, alors je lis en français !

Article français, certes, mais article de qualité, émanant de l’équipe Brestoise qui a mené l’étude Genkyst : vous le trouverez en cliquant ici.

Cet article, très didactique et accessible au néphrologue lambda que je suis, utilise une description de la physiopathologie de la PKAD a un niveau moléculaire pour expliquer le rationnel qui se cache derrière les essais thérapeutiques qui ont eu lieu ces dernières années, notamment avec les inhibiteurs de la mTOR.

En effet, on peut y lire que la kystogénèse résulte de deux grands mécanismes : la prolifération cellulaire et la sécrétion de liquide intra-kystique. Un schéma résume les différentes voies cellulaires.

Naturellement, les différentes molécules candidates pour devenir le traitement tant attendu dans cette maladie, ont été choisies car elles intervenaient sur ces différentes voies. Les essais les plus connus ont intéressé les inhibiteurs de mTOR, les inhibiteurs du récepteur de la vasopressine, et les analogues de la somatostatines, avec des résultats pour l’instant mitigés.

L’espoir réside peut être dans les inhibiteurs de tyrosines kinases (plusieurs molécules en développement).

J’ai appris que des molécules inhibitrices du canal CFTR avaient été testées chez la souris, avec semble t il des résultats encourageants.

J’ai aussi été contraint, après la lecture de cet article, de réviser mon point de vue sur les herbes chinoises (LOL !). Je n’en dirais pas plus, car ma fierté en a pris un coup!

Intéressant également, la vitamine PP pourrait avoir une efficacité non négligeable sur la kystogénèse…

 

La conclusion de l’auteur est que même si beaucoup de molécules sont candidates, il existe souvent un problème de tolérance. Peut être que la réponse viendra des thérapeutiques combinant plusieurs molécules…

A suivre !

 

Bonne lecture

Kidney Stone Evaluation And Treatment Program

Le blog d'un petit néphrologue tout-terrain

European Medical Journal

Le blog d'un petit néphrologue tout-terrain

ASN News Feed

Le blog d'un petit néphrologue tout-terrain

AJKD Blog

Official Blog of the American Journal of Kidney Diseases

Nephrology Now

Le blog d'un petit néphrologue tout-terrain

Nephrology Now

Le blog d'un petit néphrologue tout-terrain

Nephron Power

Le blog d'un petit néphrologue tout-terrain

Renal Fellow Network

Le blog d'un petit néphrologue tout-terrain

nephrocosme

Le blog d'un petit néphrologue tout-terrain

PerrUche en Automne

"Censorship is telling a man he can't have a steak just because a baby can't chew it." Samuel Langhorne Clemens

NEPHROHUG

blog pour les patients en néphrologie

Grange Blanche

Le blog d'un cardiologue.

ASN News Feed

Le blog d'un petit néphrologue tout-terrain

Grippe aviaire

Le blog d'un petit néphrologue tout-terrain

Flambées épidémiques

Le blog d'un petit néphrologue tout-terrain

Actualités de l'OMS

Le blog d'un petit néphrologue tout-terrain

Le club des médecins blogueurs

Le blog d'un petit néphrologue tout-terrain

Nephroblog

Le blog d'un néphrologue